accueil

François IDE

Entre jeu littéraire, fiction et création, François Ide interprète et réinvente la notion de palimpseste en parcourant l’histoire de la littérature, de l’art, de la philosophie, de la science, de la religion... un univers labyrinthique où se dessine un projet encyclopédique et infini.

François Ide vit et travaille à Lille où il enseigne la philosophie. Après avoir publié des textes littéraires et poétiques dans différentes revues ou anthologies et collaboré à des catalogues d’artiste et d’exposition, il s’oriente vers la création proprement plastique sans toutefois rompre le lien avec le thème de l’écriture. Son travail part d’une réflexion générale sur le statut de la création et plus particulièrement des processus liés à la genèse ainsi qu’à la diffusion des oeuvres littéraires, philosophiques, scientifiques, artistiques ou religieuses. Concrètement, il s’agit d’un travail d’accumulation et de recension de manuscrits, livres, illustrations et documents divers liés aux oeuvres qui l’intéressent. Puis d’une reproduction et d’une mise en forme plastique de ces documents qui sont alors superposés, déchirés, poncés, pliés, trempés, pigmentés, vernis, etc... pour former, in fine, de véritables palimpsestes. L’image du texte se dévoile alors, dans son aura trouble et opaque, là ou le lisible devient illisible et laisse sa place au visible. Ce qu’il s’agit de reconstruire et de fixer en image, c’est l’histoire multiple et complexe d’un texte ou d’une oeuvre.

francois_ide

Cet ensemble se structure en séries, par principe infinies et donc toujours en cours. Certaines de ces séries s’inscrivent dans un processus fictionnel plus ou moins complexe. C’est le cas de la série initiale intitulée Recension : Pierre Ménard auteur de... qui extrapole de manière délirante la nouvelle de J.L. Borgès “Pierre Ménard auteur du Quichotte” créant ainsi un immense aleph littéraire fonctionnant comme un véritable atlas mental de la littérature universelle. La série Mondes Nouveaux propose de retracer, du premier brouillon jusqu’à la forme finale du livre édité, la genèse d’un texte qui a la particularité d’être la réécriture poétique d’une encyclopédie géographique de plusieurs milliers de pages. Une série sur le journal intime, qui a pour titre : Journal extime, est en cours et se conçoit comme une performance littéraire de création de soi par l’écriture et la lecture. Enfin un travail sur L’histoire de la peinture étudie le lien nécessaire qui s’établit entre l’image peinte et son commentaire, les mots, la couleur et la matière s’agencent et se recouvrent pour former une singulière idée de la peinture.